Acculturation et enculturation

Le projet de recherche de Shella Munkurize porte sur les stratégies d’acculturation, les expériences de discrimination et le bien-être des personnes ayant plusieurs affiliations culturelles (personnes mixtes, immigrants de 2e génération et plus, etc.). Elle cherche à savoir comment la stratégie d’acculturation de ces personnes ainsi que leur(s) expérience(s) de discrimination influencent la manière dont il se voit en tant que membre de leur(s) communauté(s) culturelle(s). Est-ce que selon la stratégie d’acculturation utilisée, certains individus auraient la sensation de ne pas avoir les critères requis afin de pouvoir se considérer comme un réel membre de leur groupe culturel d’origine (ex : parler la langue de son pays d’origine)? Ceux-ci auraient-ils l’impression de passer pour des imposteurs au sein de leur(s) propre(s) groupe(s) culturel(s)? Comment est-ce que cela influence leur bien-être ? En d’autres mots, comment le fait d’appartenir à plus d’un groupe culturel et de vivre des expériences de discrimination influence-t-il le bien-être d’un individu? Est-ce que le fait d’avoir l’impression de ne pas avoir les critères requis (ou les outils) pour « affirmer » faire partie de ses groupes culturels pourrait amener des problèmes d’adaptation ?